Le Blog de Vinsup Les aventures d'un ingenieur en herbe…

8août/102

La science est le défi du XXIème siècle

La Science est le défi du XXIème siècleTel est le titre d'un des derniers livre de Claude Allègre.

Dans cet ouvrage, il dresse une rétrospective de l'évolution des sciences depuis deux siècles et essaie de deviner ce que seront les progrès scientifiques du XXIème siècle. Et les conséquences qu'ils auront sur notre société.

La première partie retrace de manière plus-ou-moins chronologique les progrès scientifiques réalisés par nos prédécesseurs, que ce soit dans des domaines aussi variés que les sciences de la matière, celles de la Terre, celles de la Vie ou encore celles des ordinateurs.

Dans la deuxième partie, il reprend ces mêmes thématiques et essaie d'imaginer les sujets qui apparaîtront grâce aux progrès scientifiques : Crise d'énergie, Gestion de la planète, Apparition des neurosciences, Conflit (encore et toujours...) avec la religion, ...

C'est impressionnant tout ce que la science a déjà découvert (le laser, la pilule, l'électricité, l'ADN et le décodage du génome, ...) mais c'est encore plus impressionnant (et terrifiant) ce qu'il nous attend dans le futur.

Et quand je dis futur, il faut comprendre avant la fin du siècle.

De la crise énergétique à la symbiose à trouver entre l'homme et la planète, ou encore les nouvelles manières d'appréhender la notion d'information et l'alerte que lance Claude Allègre quant à la possible création/sélection d'êtres humains en éprouvette (plusieurs éprouvettes et les parents choisissent la meilleure...).

Et sans parler du climat. Tout le monde sait que M. Claude Allègre ne croit pas à la thèse du réchauffement climatique engendré par l'activité humaine.

Ce que l'on sait moins, et que l'on découvre dans ce livre, c'est qu'il reconnaît qu'il y a réchauffement climatique, mais par pour les raisons avancées par le GIEC  et surtout il ne valide pas du tout les prévisions de ces derniers. Etant lui-même un brillant géologue, et membre de l'académie des sciences, il a des arguments convaincants à faire valoir. Le premier d'entre eux étant que le climat est régi par les lois du chaos et donc par définition imprévisible.

Le bonhomme est cultivé et compétent (il y a bien une petite erreur liant Bill Gates au "Mcintosh"), mais dans l'ensemble il en connait un rayon et c'est plaisant le lire son livre.

Si vous vous intéressez un minimum à la science, je vous le recommande.

Et comme lui je crois bien que la science a un rôle très important à jouer durant le siècle qui se profile.

J'en veux pour preuve le travail que réalise l'homme le plus riche de la planète : Bill Gates.

Depuis sa retraite de Microsoft, il s'investit à 100% dans sa fondation : la Bill & Melinda Gates Fondation.

Au passage je vous invite à deux choses :

- Si vous avez la possibilité de vous procurer le reportage réalisé par le Figaro sur ce grand bonhomme, dans lequel on apprend qu'après avoir révolutionné la micro-informatique avec Microsoft, il est en passe de révolutionner la philanthropie. Pensez donc l'investissement annuel de sa fondation est de 35 milliards de dollars, bien loin devant la seconde qui dépasse tout juste les 10 milliards. Et au-delà, il souhaite que les plus grandes fortunes de la planète reversent chacune 5% de leur fortune à des actions philanthropiques. S'il arrive de nombreuses maladies et souffrances devraient être résolues rapidement.

- La deuxième est de vous inscrire au flux RSS du site The Gates Notes, site sur lequel Bill fait part de ses actions, voyages et réflexions sur le monde.

C'est d'ailleurs de ce site qu'est tiré mon exemple sur les progrès de la science.

Nathan Myhrvold a travaillé durant de nombreuses années avec Bill Gates chez Microsoft au sein de la section de recherche. Récemment il a créée Intellectual Ventures, une société qui investit et innove dans divers secteurs de recherches qui incluent les semi-conducteurs, le laser, les bio-technologies... Une petite présentation vidéo vous aidera à comprendre ce dont sont capable ces gens :

Récemment Bill est intervenu durant une conférence TED (encore...) pour parler de solution de traitement contre le paludisme en Afrique. Et durant cette intervention, il a présenté une nouvelle "arme" inventé par les scientifiques d'Intellectual Ventures et permettant de tuer les moustiques en plein vol grâce à un rayon laser.

Mais je vous laisse observer la chose en action :

C'est grâce à des personnes de ce type-là que je pense que la science doit prendre une part de plus en plus importante dans notre société. Et comme le souligne M. Allègre, elle doit même s'inviter sur les sujets de discussions où elle peut être présente et être représenté par des experts du secteur. Pas des représentants ou des politiques, qui ne savent pas toujours de quoi ils parlent.

L'action de Bill Gates avec sa fondation va dans ce sens. Il essaie de résoudre les problèmes de la planète en faisant appels à des experts pour les résoudrent. Et cela semble commencer à porter ses fruits.

En bonus, une vidéo montrant l'explosion de ballon de baudruches remplis d'eau et capturée par les caméras d'Intellectual Ventures :

La science ne fait pas tout, mais c'est comme l'argent elle contribue à notre bien-être et notre bonheur, alors faisons lui confiance.

Super Bonus :

Exemple des lois du chaos déterministe :

Calculer avec une calculette la série de chiffres à l'aide de l'algorithme suivant : x(t+1) = x(t) +b(1-x(t)) avec b = 4 et en prenant comme valeur de départ x = 0,4.

Enjoy !

Et si l'envie vous tente d'acheter le livre, c'est par ici : http://www.amazon.fr/science-est-défi-XXIe-siècle/dp/2259204139


23mai/100

Desertec

Suite à un article de LoKan.fr intitulé "The Golden Mission Day" dans lequel il relate son petit périple chez GDF/Suez pour la présentation du projet The Golden Mission, le débat sur les énergies renouvelables est revenu dans les commentaires.

J'en ai d'ailleurs laissé un pour donner un lien vers un projet qui me semble prometteur.

Je crois réellement que la science permet d'améliorer la vie humaine et ce dans tous les sens du terme. Même si cela coûte des millions, toutes les avancées technologiques dont nous disposons actuellement sont issues de recherches scientifiques qui peuvent, pour certaines d'entre-elles, datées de plusieurs décénnies.

Mais je reviendrais bientôt sur cette thématique.

Pour l'heure, je vous présente Désertec :

Il s'agit d'un projet de la Desertec Foundation, visant à fournir de l'électricité au monde entier en mettant à profit l'énergie solaire disponible dans les déserts situés au niveau de l'équateur.

Comment ?

En créant des espèces de fermes solaires de plusieurs centaines de mètres carrés, dont les panneaux solaires réfléchiraient la lumière vers une tour, qui servirait de bouilloire, et dont la vapeur irait ensuite faire tourner une turbine créant ainsi l'énergie électrique. C'est très schématique comme explication, mais il me semble que c'est clair. Pour plus de détails, je vous laisse Wikipédia, dont l'article est plutôt complet.

Voici d'ailleurs la bannière que l'on voit sur le site Desertec :

Alors oui, en effet, le carré montrant la taille que devrait faire le champ solaire pour alimenter le monde entier, fait un peu peur. Mais ça reste le Sahara, quand même, il doit bien y avoir un endroit disponible pour un tel champ. Même si d'autres contraintes (technologiques et structurelles) réduisent les zones disponibles.

Et comme le dit le Dr. Gerhard Knies (qui semble être le grand manitou de cette fondation) :

En 6 heures les déserts reçoivent plus d'énergie du soleil que n'en consomme l'humanité en un an.

C'est impressionnant, non ?

La difficulté de ce projet réside principalement dans le fait que ces fermes, seront implantés dans des déserts (jusque là rien d'anormal...), qui se situent soit en Arizona, en Australie, ou en Afrique. Et c'est là que le bat blesse. Le Sahara (le plus grand désert présent sur Terre, pour ceux qui l'ignoraient) s'etend sur plusieurs pays, qui ne sont pas forcément tous stables économiquement et politiquement parlant. Plusieurs pays d'Afrique sont en proie avec la guerre civile ou des luttes de pouvoir intestines (qui à dit le PS ?).

Imaginer ce projet, qui est censé fournir de l'énergie à l'Europe, qui se retrouve pris au piège par ces états et qui du jour au lendemain décide de couper les liaisons vers l'Europe. Pas cool.

Le plus grand défi est donc de convaincre une cinquantaine de pays de joindre leurs efforts pour résoudre le problème de production d'électricité qui risque d'arriver un jour.

Sur le site de la fondation, on trouve un PDF un peu vieux, mais qui explique correctement (et en français) le principe les technologies, et les études qui ont été menées.

Coté coût également. Wikipédia indique 400 Milliards d'euros. Finalement c'est peu à côté de ce qu'ont provisionné les 25 états membres de l'Europe pour sauver les pays en faillite de la zone euro. Alors 400 Milliards, si tous les pays participants d'y mettent, ça devrait être jouable.

Je ne suis pas plus que ça intéressé par les énergies renouvelables. Je trouve ce projet très intéressant et j'espère qu'il pourra voir le jour. Je ne sais pas si l'empreinte carbone (comme on dit) est géniale ou pas. Je n'ai pas fait les calculs, mais sachez que cela existe et que c'est peut-être ce qui produira notre énergie dans 10-20 ans.

Sources :

http://www.desertec.org/

http://www.lefigaro.fr/vert/2009/06/17/01023-20090617ARTFIG00448-projet-solaire-a-400-milliards-d-euros-dans-le-sahara-.php


19avr/100

Quoi de neuf chez Microsoft ? – LeMonde.fr

Article un peu spécial. J'ai vu passer hier soir un tweet de @WindowsFrance mentionnant un article du Monde sur Microsoft Research :

Quoi de neuf chez Microsoft ? - LeMonde.fr.

Forcément j'ai commencé à le lire (ça fait 4 pages quand même) et j'ai trouvé ça super intéressant.

Bon d'accord c'est le Monde, donc c'est forcément pas trop mauvais. Mais là, on en apprend vraiment.

Microsoft Research est le campus de R & D de la société de Bill Gates.

Dans ce papier on apprend par exemple que Microsoft investi 15% de son chiffre d'affaire dans la recherche et le développement, soit... 9 Milliards de dollars, soit environ 4 fois ce qu'investit Renault pour son propre avenir. Normal !

Alors ça parle de Projet Natal (mais si vous savez le fait que notre corps soit la nouvelle manette de la console XBox 360), de Skinput (un écran projeté sur le bras et qu'on touche tel un écran), de la reconnaissance vocale avec traduction linguistique quasi-instantanée (il est expliqué qu'il sera impossible de faire de la traduction instantanée, car pour certaines langues, il faut attendre la fin de la phrase pour en comprendre le sens. Exemple : l'allemand avec la place du verbe à la fin, l'anglais et sa construction des phrases inverses de celles françaises...) et pleins d'autres projets plus que prometteur.

Je vous ajoute deux vidéos : la première est la démo de Bings Maps, avec intégration du monde réel, lors d'un show TED. Impressionnant.

La seconde est une vidéo de ma collection montrant les interfaces hommes-machines en 2019, vu par Microsoft.

Je ne suis pas forcément pro-Microsoft, mais force est de reconnaître que c'est une société qui fait avancer notre monde.


13mar/100

Génération Y, Génération C, etc…

Génération Y, Génération C, WTF ?, il parle quelle langue l'autre abruti, là ?

Quoi tu connais pas ce concept merveilleux. Attends, je vais t'expliquer ça.

La génération Y, késako ?

D'après Wikipédia, la génération Y pourrait être définie de la manière suivante :

Le terme « génération Y » désigne les personnes nées entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1990. Il tire son nom de la génération précédente, nommée génération X. D'autres termes équivalents existent : « enfants du millénaire », « net génération », ou « digital natives ». Leurs parents sont souvent des baby boomers.

Je vous laisse chercher la définition de génération X, je suis sur que vous allez trouver tout seul comme des grands.

En gros, ce sont tous les gens qui sont nés avec un ordi dans les mains, ou presque (Oui, parce qu'un Commodore 64, n'est pas vraiment un ordinateur que Madame Michu saurait utiliser). Des gens pour qui la technologie (au sens informatique du terme et pas au sens industrielle) ne fait pas peur et qui sont capable de s'adapter rapidement à de nouvelles méthodes de travail, de communication et, pourquoi pas, de penser.

Enfin, il faut dire aussi, que c'est un concept un peu marketing-management, pondu par des hauts-responsables, qui devaient avoir un peu trop utiliser de substances bizarres. Ben oui, pourquoi X, Y, hein... et pourquoi LOIGIUGB, tant qu'on y est.

Bref, la génération Y, c'est la génération qui a commencé à travailler depuis quelques années et qui semble vouloir faire bouger les choses (ça, c'est pas nouveau, en 1968, ils savaient déjà faire...) en réinventant des codes de gestion , de création et de réflexion modernes. Je sais pas trop ce que ça veut dire, mais c'est ce qu'on trouve dans la littérature.

Mais attention, le péril est grand... la génération Y risque de se faire bouffer tout cru, si elle ne fait pas attention à elle.

En effet, la génération C, attend gentiment et pointe le bout de son nez.

Je vous l'accorde, on avait Génération X, Génération Y et maintenant Génération C, c'est pas du tout logique, mais je vous ai déjà exprimé le fond de ma pensée par rapport aux gens qui ont inventé ce concept (cf. plus haut).

Wikipédia, n'étant pas vraiment explicite sur le sujet, je vous renvoie, vers cet article, qui explique bien le truc

Donc la génération C, c'est nous (oui je sais je suis un jeune con...). On est né avec un ordinateur dans les mains (Un bon vieux Pentium 4 des familles), on est tous inscrit sur au moins un réseau social, connecté en quasi-permanence au Net (avec notre iPhone..) et en train de réinventer le monde sur nos écrans.

Et comme on est en train d'arriver sur le marché du travail, avec nos nouvelles méthodes de communication et de création, ils ont un peu peur les décideurs. Ben oui, nous on arrive avec nos armes de destruction massives et on essaie de tout réinventer. Limite, on trouve que l'on va plus vite que la musique. Mais le monde actuel tourne à une telle vitesse, que l'on ne peut pas vraiment faire autrement. Et encore, imaginez les suivants... Dur.

Enfin bref, tout ça c'est du concept de management. Ça en change rien au fait que des personnes, soit-disant de la génération Y, soient bien meilleures dans les domaines de la technologie que celle de la génération C. Les compétences, cela s'acquièrent, et c'est rarement innées.

Si vous voulez en savoir plus, je vous laisse avec mon ami Google.


20oct/090

Souris multitouch, l’avenir de la souris ?

Je pense que je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué, et je pense également que beaucoup ont déjà du en parler dans leurs blogs respectifs, mais pas grave.

Pour ceux qui ne le savent pas encore (et je pense que vous êtes beaucoup), Apple vient de mettre à jour son catalogue d'ordinateurs (iMac, MackBook, Mac Mini) et livre maintenant à la place de la MightyMouse (la souris sans-fil et bluethooth avec une mollette en forme de boule | unique en son genre) une Magic Mouse.

Cette Magic Mouse est en fait une souris multi-touch. En gros il n'y a plus réellement de bouton, en fait toute la surface est un bouton. Comme sur les écrans de vos téléphones portable (iPhone, HTC, Samsung, ...). Voici d'ailleurs la vidéo de démonstration de cette nouvelle souris, encore une fois unique en son genre.

Je ne vais pas donner mon avis sur cette souris (car je ne l'ai pas eu en main logique... et surtout parce d'autres font cela mieux que moi), ce qui me pousse à écrire ce billet c'est le fait que Engadget a publié le 5 octobre, un article intitulé "Microsoft Research shows off multitouch mouse prototypes", qui montre 5 prototypes de souris multi-touch imaginé par les équipes de recherche de Microsoft. Regardez la vidéo ci-dessous :

Et là, ce soir, moi je me dis :

Apple c'est quand même une société super-chiante pour Microsoft. Ils ont toujours l'air d'avoir un coup d'avance.

Je sais pas ce que vous en pensez, mais moi c'est sur, mon prochain ordinateur, ce sera un Mac. Mais j'aurais le temps d'en reparler.